Mon métier de décoratrice d'intérieur : les questions qu'on me pose le plus souvent

by - septembre 07, 2020

Je fais cet article car je reçois beaucoup de questions récurrentes sur mon métier de décoratrice d'intérieur, et je me suis dit que se serait plus simple de tout regrouper en un seul endroit. Il y a eu beaucoup de questions posées et donc cet article sera TRÈÈÈÈÈS long, je vous préviens !

Et comme à mon habitude, je vais être transparente et honnête avec vous, sur les côtés positifs comme sur les côtés négatifs de mon métier de décoratrice d'intérieur. Même si je vous donne mon ressenti personnel et mon retour d'expérience personnel, je pense qu'on trouvera toujours des similitudes dans ce métier.



Quel a été ton parcours ?


J'ai fait une reconversion professionnelle pour devenir décoratrice d'intérieur à mon compte : à la base j'ai un bac S, puis DUT Génie Biologique, puis Licence pro Hygiène et Sécurité en agro-alimentaire. J'ai travaillé plus de 7 ans en tant qu'assistante qualité dans l'industrie agro-alimentaire.

De novembre 2014 à août 2018 j'ai fait une formation à distance en décoration d'intérieur à l'EDAA, en même temps que mon CDI à plein temps d'assistante qualité.

En avril 2018 j'ai eu une rupture conventionnelle et j'ai quitté le domaine de la qualité pour lancer en janvier 2019 ma propre entreprise pour être indépendante à mon compte.
Pellmell Déco a vu le jour et depuis je travaille seule, à plein temps, de chez moi.

Si vous êtes intéressé(e)s, je vous invite à lire mon article sur mon avis sur ma formation à l'EDAA.


A quel moment as-tu créé ton entreprise ?


J'ai créé mon entreprise en janvier 2019 mais j'ai décidé de me lancer dans la décoration bien avant, quand j'ai senti que la qualité n'était plus fait pour moi. J'avais l'impression de tourner en rond dans les missions que j'avais, j'étais en manque de challenges, en manque d'apprentissage et mon côté indépendante commencé à prendre le dessus dans ma tête. J'ai toujours eu l'envie d'être à mon compte ou de gérer des projets de A à Z avec ma propre vision des choses.

Un drame familial a fait que j'ai ouvert les yeux sur pas mal de choses l'année où j'ai décidé de quitter la qualité. Je me suis dit que la vie était bien trop courte et qu'il ne fallait plus que j'attende pour prendre mes responsabilités et les choses en main dans ma propre vie. Ça a été malheureusement le coup de pied aux fesses qui m'a permis d'arrêter de me chercher toutes les excuses du monde pour ne pas réaliser mes rêves.



A quoi ressemble une journée type ?


Etant à mon compte, je n'ai pas vraiment de "journée type". Chaque jour est différent en fonction des rendez-vous, de l'avancé des projets des clients, des coups de téléphone qui prennent plus ou moins de temps, des mails / messages, du blog, des réseaux sociaux, etc...

Comme je le dis toujours être à son compte, et d'autant plus toute seule, fait que je gère tout et j'ai plusieurs casquettes et compétences à mon arc : la décoration pour les projets de mes clients, je fais ma comptabilité, je gère moi-même la création et la maintenance de mon site pro et de mon blog, je gère mes réseaux sociaux, la communication, le marketing, la formation que j'ai lancé, je fais les photos, les réponses aux questions qu'on peut me poser quotidiennement, le juridique, l'administratif, le développement des compétences sur les logiciels ou en dessin, les sorties pour aller en magasin pour les projets de mes clients, etc...

Mes journées ne se ressemblent pas vraiment et j'adore ça ! Je déteste faire tout le temps la même chose, j'aime vraiment être au commande et je m'éclate avec toute cette polyvalence. C'est un bon challenge qui me permet de ne jamais m'ennuyer !


Quels sont tes horaires ?


Je n'en ai pas ! J'essaye de ne plus travailler le dimanche et rarement le soir et je n'envoie pas de mails après une certaine heure de la journée. J'ai aussi ma vie privée.

Mais je mets très rarement un réveil le matin depuis que je suis à mon compte. J'ai des soucis d'insomnies donc si je dors le matin, je ne vais pas m'en priver ! J'arrive à gérer mes journées pour que, si j'ai besoin de plus dormir le matin, je travaille un peu plus tard le soir.

Quand je le peux j'essaye aussi de m'écouter : je sais que j'ai des périodes dans la journée où je suis plus productive que d'autres, donc j'adapte mes tâches en fonction de ça aussi.

Pareil si je suis sur les rotules parce que je n'ai pas bien dormi plusieurs jours d'affilés et qu'on est un jeudi, et bien je prends ma journée ou ma demi-journée. C'est moi qui décide et à la fin de la semaine le travail est fait !

Je préfère vraiment prendre le temps de recharger mes batteries pour garder un bon niveau d'énergie plutôt que de tirer sur la corde. Je l'ai bien trop fait étant salariée : ça m'a valu des périodes à être malade et avoir du mal à m'en remettre (rien que pour un simple rhume). Maintenant que je suis à mon compte, je suis très très rarement malade car je suis beaucoup plus apaisée et à l'écoute de mon propre rythme.


Quels sont les points positifs de ce travail ?


Si je ne parle que de ma casquette de décoratrice d'intérieur et que je prends le fait que je sois à mon compte :
- Les échanges avec les clients et les autres professionnels,
- La créativité,
- La polyvalence dans les tâches, 
- La recherche de nouvelles idées, de nouveaux styles, couleurs, matériaux, etc... Toujours apprendre et être curieuse de tout,
- La gestion de mon emploi du temps.


Quels sont les points négatifs de ce travail ?

Encore une fois, je parle de ce que je connais et de mon expérience perso. Si vous êtes décoratrice mais en tant que salariée, ça sera bien différent !

- Vous êtes à 100% responsable ! Ça peut faire peur et être stressant dans certaines situations mais il faut l'accepter, c'est le jeu !

- Le manque de collègues si vous n'aimez pas travailler seul(e) en tant qu'indépendant(e). Heureusement, ce n'est pas mon cas, j'aime être seule, ça m'aide à me concentrer. J'ai aussi beaucoup d'échanges au quotidien grâce aux réseaux sociaux, aux autres échanges avec les pro, etc... Donc je n'ai jamais l'impression d'être seule au monde !


Quels sont les outils et logiciels avec lesquels tu travailles ?


Je travail sur PC avec Photoshop et Illustrator.
Je fais ma 3D sur Sketchup et j'utilise Artlantis pour le photoréalisme.
J'ai fait mon site pro sur Wordpress, mon blog sur Blogger.
J'ai du matériel à dessin pour mes croquis (feutres à alcool, papiers, etc...).
J'ai une imprimante pour scanner mes visuels et documents.


Quelles ont été tes craintes avant de te lancer et comment y as-tu remédié ?


Forcément, même si je travaille par passion, mon travail reste un moyen d'avoir une rémunération à la fin du mois. Et étant à mon compte, je n'ai pas d'employeur pour me payer la même somme tous les mois ! Donc le stress des mois plus durs que d'autres, j'ai connu, je connais et je connaîtrais encore ! C'est le jeu de l'indépendance, il faut s'y préparer.

Un bon mois ne veut pas dire que le mois d'après sera bon ! Il y a plein de facteurs qui rentrent en jeu et ça aussi il faut s'y préparer !!!

Si vous pensez faire tout de suite des salaires à 10 000€ au bout du 1er mois de lancement de votre entreprise et que ça dure comme ça jusqu'à la retraite alors l'entreprenariat n'est pas fait pour vous !

La seule façon d'y remédier c'est de prévoir les coups durs (mettre de côté), et travailler pour développer votre entreprise au mieux ! Quand on est à son compte rien n'est facile, rien ne tombe tout cuit et rien n'arrive "par chance".


Quels sont les types de projets que tu as ?


J'ai énormément de projets de particuliers et j'adore ça ! C'est très varié d'un projet à l'autre : au niveau du temps, du budget ou de l'ampleur de chaque projet. Il peut y avoir juste du conseil couleurs comme tout un projet avec des travaux, plans, recherche de mobilier, etc...

Je fais très peu de professionnels mais je préférerais développer ce côté un peu plus tard, si un jour j'ai des salariés, pour pouvoir me libérer du temps car se sont des projets plus lourds et qui demandent des délais plus courts.


Comment organises-tu ton temps de travail entre déplacements chez le client et travail à domicile ? Semaine et weekend ? Nombre d'heures... ?


Ça rejoint un peu la question sur mes horaires. Mais j'essaye de ne pas prendre trop de rendez-vous clients chaque semaine : je me contente d'un certain nombre car je sais, maintenant, avec l'expérience, jusqu'à combien je peux en gérer tous les mois en fonction de l'ampleur des projets que j'ai et de ceux qui vont arriver. C'est vraiment un choix perso.

Je me cale beaucoup de moments perso pour voir mes proches et en profiter pour sortir, aller courir. Sinon mon cerveau exploserait si je passais tout mon temps à juste travailler. Il faut des périodes de décompression dans la semaine.


Comment as-tu trouvé tes premiers clients ? Comment les démarches-tu ? Comment s'assurer une clientèle permanente ? Pendant ta formation à l'EDAA, des futurs potentiels clients t'ont-ils contacté ?


Une des questions qui revient souvent sous différentes formes : trouver sa clientèle.

J'en parle dans ma formation sur la création et la gestion d'une micro-entreprise au sujet des différentes façon de trouver des clients mais je vais vous expliquer mon cas :
j'ai lancé ce blog en 2013 quand j'avais déjà cette idée de reconversion professionnelle dans un petit coin de ma tête. Je travaille depuis 2013 pour vous proposer des articles chaque semaine et je m'y tiens !
Mon travail et ma régularité ont fait que le blog marche bien, j'ai une très bonne visibilité et je développe mes réseaux sociaux encore plus depuis que j'ai mon entreprise. C'est peut-être quelque chose de sympa que j'adore faire mais je considère cela comme un vrai travail : ça prend du temps et l'enjeu est aussi d'être visible afin que les clients me trouvent. Ça fait parti de la stratégie de communication !

Dans mon cas, grâce à tout ce travail en amont, je n'ai JAMAIS démarché personne ! D'ailleurs j'ai encore 5000 flyers dans un carton à mettre dans les boites aux lettres tellement je ne démarche pas...

J'ai la "chance" (je n'aime pas ce mot car je préfère dire que j'ai le "résultat de mes efforts") que se soit toujours les clients qui viennent à moi. Les premiers clients sont venus grâce au blog quand j'étais encore en qualité et encore en train de faire ma formation à l'EDAA. C'est cela aussi qui m'a permis d'avoir des premiers visuels à montrer sur mon portfolio et de me faire la main sur les projets, découvrir MA façon de travailler et d'apprendre aussi de mes erreurs (car oui j'en ai fait pas mal !)

Mais je me permets vraiment d'insister sur ces points : il faut faire l'effort, il faut passer à l'action, il faut travailler, il faut être régulière, il faut être PATIENTE, il faut chercher des idées qui vous ressemblent et que tout le monde n'a pas fait 10 000 fois pour se démarquer un minimum, il faut prendre le temps de réfléchir à tout ça et analyser ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, il faut prendre le temps d'apprendre, etc... Rien n'est une question de chance. C'est du travail et c'est BEAUCOUP de travail quand on est toute seule à son compte !


Quelle est ta rémunération ? Quel est ton chiffre d'affaire ?


Haaaaaaaaaaaa la deuxième question récurrente qu'on me pose à chaque fois !
Alors, la seule chose sur laquelle je ne suis pas transparente, c'est ça ! J'estime que mes revenus ne regardent que moi et comme je dis toujours, mes revenus sont à la hauteur de mon implication et de mon travail.

Ça dépend aussi de tellement de facteurs que ça change d'un mois à l'autre, ça change en fonction des projets, ça peut changer en fonction de votre zone géographique, des tarifs que vous appliquez (je ne pourrais pas par exemple appliquer, au bout de 2 ans, des tarifs comme une décoratrice d'intérieur qui a une renommée depuis 20 ans sur Paris !!!), ça dépend de la clientèle que vous avez (et que vous voulez !), ça dépend de si vous travaillez d'arrache-pied ou si vous vous tournez les pouces, etc... Ça dépend de TELLEMENT de facteurs, que je ne veux pas vous donner un chiffre précis.

La notion de "bien gagner" dépend aussi de chacun ! Certains se contentent très bien d'un SMIC pour vivre et d'autres ont besoin de 3000€ par mois. Dans mon cas, je sais combien je dois faire au minimum tous les mois pour pouvoir payer mon loyer, mettre de l'essence dans ma voiture, remplir mon frigo, me faire plaisir et mettre un certain montant de côté. Après je me donne tous les mois, les moyens de toujours faire grandir Pellmell Déco !


Comment gères-tu le côté administratif, compta, ... Fais-tu appel à quelqu'un ?


Je gère entièrement ma comptabilité toute seule ! Etant en micro-entreprise, c'est un statut simplifié qui me permet de ne pas avoir besoin de prendre un comptable. J'en parle et je détaille le tout dans ma formation sur la création et la gestion en micro-entreprise.

Avec une bonne organisation, le côté administratif est vraiment minime. Je saute au plafond quand j'entends des personnes me dire qu'il parait que ça prend 80% du temps ! Si vous avez bien défini et réfléchi en amont à vos tarifs et à vos prestations, les devis seront rapides à réaliser. Vous savez ce que vous proposez, vous savez où vous allez !

Déclarer mon chiffre d'affaires tous les mois ne me prend pas plus de 10 minutes avec une organisation bien rodée !

Par contre la communication, ça, c'est une autre histoire ! Mais je ne mets pas ça dans la catégorie "administration".


Comment gères-tu les clients récalcitrants à te régler et à quel moment ils te rémunèrent ?


J'ai la chance de ne jamais *je touche du bois* avoir eu de clients récalcitrants pour me payer après envoi de la facture finale, une fois le projet terminé. En général j'ai une bonne communication avec mes clients et ils sont tous réglos.

Ça m'arrivera sûrement un jour mais pour le moment je vous parle de ce que je sais. C'est aussi une expérience compliquée quand on est à son compte.

Je demande toujours un acompte avant de commencer. Il faut rester professionnel et comme dans tout travail, c'est un échange de bons procédés : le client a mes conseils et moi j'ai une rémunération. Tout travail mérite salaire !!!!!!! J'en parle d'ailleurs dans cet article sur "Parenthèse d'une entrepreneure : dire non et être payé à sa juste valeur".


Comment as-tu géré le manque d'assurance, de compétences au début de t'être lancée ?


Je pense que l'assurance est quelque chose qu'on développe toute sa vie et qu'on a plus ou moins dans divers domaines. Je suis quelqu'un à la base qui n'a pas confiance en moi.
Mais avec les années je me connais : j'ai toujours pallié ce manque de confiance par l'apprentissage. Je me sens plus forte et confiante quand je comprends au moins les bases d'un sujet. La formation que j'ai fait à l'EDAA m'a permis d'avoir les bases, mes recherches personnelles et mon expérience au fur et à mesure des projets a rajouté des compétences.

Je n'hésite pas également à poser des questions quand je ne sais pas.

Je garde en tête que j'apprends tous les jours et c'est aussi ça qui m'anime : j'adore apprendre, je n'aime pas rester sur mes acquis et à l'inverse, si je savais tout sur tout, je m'ennuierais sûrement !

Je vous conseille également de lire ou de relire un article que j'ai écrit sur le sujet : "Parenthèse d'une entrepreneure : J'aimerais bien mais j'ai peur".

L'autre jour on m'a dit "tu as l'air d'avoir tellement confiance en toi !". Alors non pas du tout, mais c'est surtout que je n'ai pas le choix !!! Il faut se blinder un minimum, il faut apprendre à s'adapter. Je suis seule au commande de Pellmell Déco, personne d'autre ne va faire les actions à ma place et personne ne va frapper à ma porte pour me prendre par la main en cas de souci. 
Je n'ai pas énormément confiance en moi mais j'ai confiance dans le fait que j'ai toujours réussi à me botter les fesses toute seule et à me motiver quand je sais pourquoi je fais les choses. Et le fait que se soit un métier de passion, c'est encore plus facile pour se motiver et se bouger !


Qu'est-ce que tu préfères dans ton métier ?


Je suis une sorte de "folle-dingue du contrôle" quand il s'agit de mon côté professionnel. De façon général, J'ADORE, JE SURKIFFE, J'AIME D'AMOUR, ... le fait d'être indépendante et de gérer tout de A à Z. L'inconvénient est que mon caractère fait que j'ai beaucoup de mal à déléguer.

Au niveau des tâches à réaliser, je crois que mon moment préféré est la recherche et surtout la réalisation des planches shopping ! De voir mes idées et mes recherches prendre forme dans une planche globale est toujours hyper satisfaisant.



Qu'est-ce que tu aimes moins dans ton métier ?


Mon ancien métier en qualité était un travail administratif, donc ce côté ne m'a jamais fait peur. Mais ce n'est pas non plus le plus passionnant du métier (du style faire ma compta...).

Pareil la réalisation de plans n'a jamais été une tâche des plus "passionnantes" pour moi. C'est une étape indispensable mais j'aime beaucoup plus le côté visuel d'une planche d'inspiration ou d'une planche shopping.


Comment choisis-tu tes artisans ?


Au fur et à mesure des projets. Soit se sont les professionnels locaux qui me contactent, soit, comme mes clients, si j'ai besoin d'un nouveau corps de métier pour un projet, je vais regarder sur internet, je demande des avis par le bouche-à-oreilles, ...
Je demande toujours à mes clients qui ont des réalisations faites sur-mesure : qui l'a réalisé et s'ils en sont contents.


As-tu réussi à te lancer facilement ?


Question vague car chacun à sa vision de la réussite et comme je le disais pour moi, j'estime que rien n'est jamais "facile". A la base je ne suis pas de Bretagne mais j'ai grandi et fait mes études en Normandie, donc j'avais un réseau dans la déco à créer de zéro. Je n'ai pas des parents entrepreneurs, je n'ai d'ailleurs aucun entrepreneur dans ma famille, je n'ai pas fait dès le départ des études dans la décoration, etc...
Chaque cas est différent et je suis persuadée qu'avec de la patience, de la régularité et du travail on peut y arriver ! Et une bonne dose de peur positive pour sortir de sa zone de confort !


Comment trouver SON identité visuelle ?


En se connaissant et en étant soi-même. Je sais réponse qui veut tout et rien dire à la fois... Mais c'est la meilleure vision à laquelle je crois fortement pour monter une marque / entreprise / identité visuelle avec laquelle vous serez à l'aise.

Si vous souhaitez vous lancer à votre compte, vous serez votre propre commercial(e) ! Donc il faut que vous soyez à l'aise avec ce que vous proposez, ce que vous montrez, ce que vous dites et donc il faut que cela vous ressemble.

Pourquoi je suis 100% honnête avec vous sur le blog et les réseaux sociaux ? Parce que je déteste le mensonge et que ça ne m'apporterait rien de vous mentir sur une facette de ma personnalité que je ne suis pas. Et vous le sentiriez si j'étais fausse.

Mon blog me ressemble, mon site pro me ressemble, mon logo me ressemble et a évolué en même temps que moi. Ce n'est pas parfait, ça évoluera sûrement encore, mais au moins mes clients savent à quoi s'attendre et surtout je me démarque sans faire "trop d'efforts" par rapport à la concurrence. Car c'est moi, se sont mes goûts, mes compétences, etc...


Comment bien présenter son travail ?


Ça rejoint la question précédente : faire ses visuels dans SON style en fonction de SOI.
Si déjà vous n'aimez pas un visuel que vous présentez à votre client, il le sentira car cela se transparaîtra dans votre discours. Donc faites des visuels que vous êtes fiers de montrer.

Faites aussi des visuels avec lesquels vous êtes à l'aise. Si le croquis (parce que je sais que ça vous stresse pour la plupart d'entre vous) n'est pas votre truc, misez sur la 3D !

Un conseil : parfois la simplicité est la meilleure des manières de réaliser des visuels. Pas trop d'infos, pas trop de chichi... Il ne faut pas noyer le client sous des tonnes de visuels qui ne servent à rien. Allez droit à l'essentiel, en essayant de ne pas se répéter. Il faut que ça soit tout de suite parlant.





Comment évalues-tu le temps de conception d'un projet ? Comment se dire qu'on ne passe pas "trop" de temps sur un projet ?


Malheureusement, il n'y a que l'expérience qui vous le dira ! Au début c'est normal de passer trop de temps sur certaines étapes. Avec l'expérience, vous allez en passer beaucoup moins et vous trouverez des solutions pour instaurer des actions correctives ou simplifier les process (vocabulaire d'assistante qualité bonjouuuuur).

Ça dépendra aussi de vos clients : parfois ils savent ce qu'ils veulent, parfois ils ne le savent pas, parfois ils se décident rapidement, parfois non, ...


Pour les suivis des travaux, quelle est la différence entre la décoratrice et l'architecte d'intérieur ? Pour des propositions d'aménagement (casser les cloisons), demandes-tu la faisabilité à un architecte ?


Les assurances ! En tant que décoratrice je n'ai pas "le droit" de modifier la structure porteuse d'un bâtiment. Après il y a des professionnels pour qui c'est le métier et qui ont les assurances décennales pour cela.
On va dire qu'officiellement et pour "vulgariser" les termes, la décoratrice fait un "suivi esthétique". Mais il faut aussi savoir faire passer ses idées aux artisans et gérer les modifications imprévues des chantiers, du budget du client, etc...

En pratique pour les projets que j'ai réalisé, se sont mes clients qui demandent en amont à un cabinet d'architecte ou aux artisans pour qui se sont les compétences et qui ont les assurances correspondantes, s'il est possible de toucher à la structure du bâtiment. Je sais qu'il peut être possible pour moi d'aller voir un architecte mais en général mes clients prennent les devant pour les plus gros chantiers donc je n'ai, pour le moment, jamais eu besoin de le faire.

Comme je vous parle de ce que je connais et de ce que j'ai fait, je remettrais sans doute cet article à jour quand j'aurai plus d'expériences sur ce sujet !


Si le budget du client est restreint, fais-tu l'impasse sur la qualité de certains produits ?


Prenons l'exemple de l'achat d'un canapé pour un client :
Certains clients ont plus ou moins de budget pour un canapé. J'essaye toujours de trouver le meilleur rapport qualité/prix pour mes clients en fonction de leur budget. Je regarde les avis, si possible je vais en magasin et m'assoie dans chaque canapé pour vérifier la qualité, l'assise et le confort.

Après j'explique à mon client qu'un canapé plus cher d'une marque dont je sais qu'il durera 20 ans (Attention, cher ne veut pas dire de qualité chez toutes les marques !) sera un bon investissement plutôt qu'un canapé bas de gamme qui ne durera que 2 ans.

Ça dépend encore une fois du budget, du client, de l'utilisation (s'il a des enfants en bas âge et plein d'animaux, le canapé en tissu risque d'avoir des tâches irrécupérables. Dans ce cas, peut-être attendre quelques années pour investir dans un canapé plus "durable").

Et je demande toujours à mes clients de me prévenir s'ils ont un problème avec un des produits afin que je ne le propose plus pour des projets futurs.


As-tu fait un stage pendant ta formation ? Ou tu t'es lancée directement à ton compte ?


Non, je n'ai fait aucun stage car je travaillais à plein temps en même temps que ma formation à l'EDAA et j'avoue que mes congés étaient sacrés pour me reposer et respirer !

Je me suis lancée directement après mais en ayant bien cherché toutes les informations pour me lancer sereinement et savoir dans quoi je m'embarquais. Se sont toutes ces infos qui m'ont servi pour mon propre lancement, que je détaille et que j'explique dans ma formation.


Peut-on percer sans les réseaux sociaux ?


Houuuuuuuu très bonne question à laquelle je ne peux pas vraiment apporter de réponse concrète. J'ai envie de dire que oui, c'est possible, mais alors il va falloir blinder d'autres moyens de communication et être patient(e), jouer beaucoup sur le bouche-à-oreille qui est assez long à mettre en place.

Donc oui, dans la théorie, tout est possible ! Mais dans les faits, les réseaux sociaux sont un bon moyen rapide et surtout gratuit de se faire connaître, montrer son travail aux futurs clients et de toucher un maximum de personnes plus vite.


Tu factures à la pièce ? Au m² ?


Les deux. Encore une fois, ça dépend de l'ampleur du projet, des prestations et des problématiques de chaque client.


As-tu des responsabilités à assumer ? Si oui, quelles sont-elles ?


Oui à 100% car je suis à mon compte et que chaque décision pour mon entreprise relève de ma responsabilité.

Et en même temps, je n’en vois pas vraiment… Une bonne communication avec mes clients me permet toujours de me rassurer dans ce que je leur propose et, eux, sont aussi rassurés dans leur choix en faisant appel à mes services. Je n’impose jamais une couleur ou un style à mes clients (ce qui pourrait être stressant si je leur mets une couleur forte qu’ils n’aiment pas vraiment). Je leur laisse toujours le choix parmi plusieurs propositions, je valide au fur et à mesure chaque étape avec eux et je n’arrête le projet qu’une fois qu’ils sont pleinement contents de la proposition finale.

Comme dit précédemment, mon statut de décoratrice d'intérieur et mon assurance ne me permettent pas de gérer de A à Z un suivi de chantier (surtout de prendre les décisions concernant les modifications de structures porteuses) donc je ne prends pas de responsabilités pour ce genre de décision mais je m'appuie sur les professionnels pour qui c'est le travail !


Quelles sont d'après toi les compétences requises pour ce métier ?


Je pense qu’en tant que décoratrice d’intérieur, il faut être créative, polyvalente, organisée et s’intéresser à tout ! Une bonne communication est primordiale afin de rassurer le client et le conseiller au mieux.
Il faut également savoir dessiner OU, si on n’est pas à l’aise avec le dessin, savoir manier les logiciels 3D, retouches d’images, etc… Afin de créer des visuels parlants pour les clients.

Il faut aussi une bonne dose de psychologie pour les cerner au mieux.

Et surtout, SURTOUT : savoir s'adapter !!!! La preuve, je n'ai pas compté le nombre de "ça dépend" que j'ai mis dans cet article mais il y a tellement de situations différentes, de projets différents, de clients différents, de problèmes différents, ... Il ne faut pas stresser au moindre changement mais vite s'adapter.


Prends-tu des stagiaires ou en alternance ?


Non, pour le moment je ne prends pas de stagiaires ou de personnes en alternance.
Je ne peux également pas employer de salariés avec mon statut.

Vous aimerez aussi

2 commentaire(s)

  1. Merci pour cet article très complet et avec beaucoup d'informations. Dommage pour les stages, j'aurais adoré ! Peut-être qu'une alternative est possible, en complément avec ta formation :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! Contente si l'article a répondu à certaines de tes interrogations.
      Si tu as des questions sur ma formation n'hésite pas !
      Bonne journée

      Supprimer