6 mois en tant que décoratrice, voilà ce que j'ai appris

by - juin 03, 2019


Hello !


Aujourd'hui j'avais envie de partager avec vous les joies et les petites difficultés que j'ai eu depuis le lancement de Pellmell Déco.


Je suis toujours surprise du nombre de personnes toutes les semaines qui me contactent pour avoir des conseils et des réponses à leurs interrogations concernant le métier de décoratrice d'intérieur ou la formation que j'ai suivi.

D'ailleurs, si vous ne l'aviez pas encore lu, vous pouvez retrouver un article sur mon avis sur ma formation à l'EDAA que je mets à jour au fur et à mesure de vos interrogations !

Et certaines me posent parfois des questions sur les sujets que je vais aborder.
Parce qu'on parle toujours du "succès" qu'ont les personnes au bout de quelques années mais j'avais envie de vous dévoiler ce que j'ai aimé ou trouvé de plus dur durant ces 6 premiers mois à mon compte. J'espère que cela vous aidera ou vous rassurera car je ne pense pas être la seule à ressentir cela !



1. Ne pas se comparer aux autres

Je commence par celui-ci car c'est peut-être le plus dur à affronter.

Comme beaucoup, je suis les comptes Instagram d'autres décoratrices d'intérieur. Et même si nous avons un style qui nous est propre à chacune, je ne peux m'empêcher de me comparer à d'autres : "Elle a eu une super idée !", "J'adore le papier-peint choisi !", "Elle dessine tellement mieux que moi" etc... Et après je retourne bosser... Autant vous dire que c'est loin d'être motivant !!!

Donc mon conseil : ne regardez pas les réseaux sociaux juste avant de vous mettre à travailler sur vos projets !
J'essaye au maximum de le faire plutôt le soir, quand j'ai fini ma journée. Cela me donne de l'inspiration pour le lendemain et au moins, j'ai fait mon travail de la journée et j'ai éteins mon ordinateur en étant contente de moi et de mes rendus.

J'essaye de prendre du recule en me disant que oui, cette fille fait des croquis à la main magnifiques, mais elle a dû en faire 10 000 de plus que moi car elle a déjà plusieurs années d'expériences à son compte. Là où j'essaye de me motiver c'est en gardant en tête de faire aussi bien dans quelques années et de continuer à m'entraîner pour arriver à ce résultat.





2. Oser montrer son travail et s'exposer soi-même

Pour ceux qui me connaissent dans ma vie personnelle, je ne suis pas quelqu'un de très extravertie qui aime se montrer. Alors me dire que des personnes qui ne me connaissent pas vont juger mon travail, juger ma tête dans le journal ou sur mes photos de profils, etc... fait que certaines fois, ça a été compliqué pour moi d'appuyer sur le bouton "publier".

Sauf que j'ai remarqué (et lu ce conseil énormément de fois) : il faut se montrer pour rassurer et donner confiance aux lecteurs et aux clients.

J'essaye toujours d'être la plus naturelle et authentique. Par exemple, dans mes stories Instagram, rien n'est planifié, je ne fais pas de compositions au millimètre près pour mes photos, et parfois même, je me dis que je n'aurai pas dû publier cette photo... Et c'est marrant car se sont généralement ces photos qui me permettent de discuter le plus avec vous sur Instagram !

Cela a été pareil pour mon travail. Je me dis tout le temps, même si je fais au mieux : "Je pourrais faire encore mieux, ce n'est pas parfait".
Sauf qu'à un moment, il faut bien envoyer son travail au client et il faut bien que le projet avance. Et je suis toujours hyper contente quand j'ai de bons retours de mes clients car eux adorent et ne voient pas le petit détail insignifiant que je ne trouve pas parfait.





3. Etre indépendante mais devoir quand même rendre des comptes / communiquer

J'ai choisi d'être indépendante et de travailler seule car j'adore ça ! Mon caractère fait que je m'épanouie énormément depuis que je travaille seule à mon bureau chez moi. Mon stress est diminué (bye bye psoriasis que j'avais depuis des années !) et mon inspiration décuplé.

Bien sûr, les clients, les repérages en magasin, les discussions avec d'autres décoratrices, mes proches, ma vie perso à côté fait que je sors, je vois et discute avec plein de personnes autres que mon chat (qui s'avère être un piètre assistant d'ailleurs !).

Et surtout, SURTOUT, j'adore ne rendre de compte à personne à part moi-même. Je suis très intransigeante avec moi-même, ce qui fait que j'arrive à m'auto-motiver pour sans cesse apprendre et m'améliorer. Je n'ai donc pas souvent besoin de quelqu'un pour me dire quoi faire ou me mettre un coup de pied aux fesses (j'ai dit "pas souvent", parfois c'est nécessaire).

Et de part mon caractère, j'ai encore du mal à accepter le fait que d'autres personnes extérieures à l'entreprenariat me donne des conseils auxquelles j'ai déjà pensé, listé et parfois même commencé à mettre en action. Sauf que si je ne parle pas de ce que je fais, les gens ne peuvent pas savoir ce que je fais.

Et c'est là où j'ai compris que ces personnes veulent uniquement m'aider, que ce n'est pas un jugement qu'ils portent, mais de la bienveillance. Et qu'il fallait que j'en dise parfois un petit peu sur les étapes d'après pour les rassurer et qu'ils voient que je sais où je vais (du moins que je sais ce que je veux tester ! Après fonctionnera ou fonctionnera pas... L'avenir nous le dira !).

Cela rejoint le côté montrez ce que vous faites. Si les gens ne se rendent pas compte de tout ce que vous pouvez faire au niveau de votre travail, car vous gardez tout pour vous, cela ne les rassurera pas.
On n'a jamais acheté un produit / objet sans le voir au moins une fois, ne serait-ce en photo. Votre travail c'est la même chose. Il faut montrer son "expertise" pour donner envie aux clients de faire appel à vos services.





4. Le partage et la concurrence

Un sujet parfois délicat : "Est-ce que j'en ai trop dit, trop montré ?", "Est-ce que les autres vont me piquer l'idée ?", ... 

En fait c'est drôle de voir à quel point les personnes avec qui je discute de ce métier me disent qu'elles ont demandé des avis à d'autres, et qu'elles ont parfois été mal accueillies, car elles ressentaient de la distance de leur interlocuteur à cause de la concurrence.

J'estime que, à l'époque, quand j'ai eu besoin de demander des avis avant de commencer ma formation à l'EDAA, certaines ont été géniales de me répondre et m'ont beaucoup aidé. C'est pourquoi je fais ce genre d'article !

Je pense que les personnes qui cherchent des réponses sont assez compréhensives pour ne pas poser les questions délicates du type "Combien tu gagnes ?", "Comment tu trouves tes clients ?" ... Je réponds donc gentiment à ces questions que je gagne et trouve mes clients, plus ou moins facilement, par rapport aux efforts que j'investis, par rapport à l'ancienneté de ma boîte,... Il faut être réaliste, c'est un projet de longue haleine qui demande beaucoup d'efforts ! 

Je ne vais pas donner tous mes trucs et astuces perso que j'ai pensé, listé et récolté plusieurs mois avant de me lancer et auxquelles je réfléchis encore maintenant (*Bonjour nuits d'insomnie !*). Car là ça fait parti du travail et de la recherche personnelle que les gens doivent obligatoirement faire en permanence pour leur entreprise.

Chaque personne a son système et sa façon de travailler. Mon système n'ira pas à une autre décoratrice et vice-versa. C'est pourquoi quand on me demande comment je fais mes croquis, je réponds honnêtement car la personne n'a pas les heures et les heures d'entraînement que j'ai et donc ne fera pas le même rendu que moi. Il faut que chacun trouve le système avec lequel il est le plus à l'aise. Et tout donner sur un plateau n'aidera pas forcément la personne.

Chacun a son style et c'est ce style qui fait qu'un client viendra vers une décoratrice ou vers une autre. Il y a de la place pour tout le monde ! Enfin c'est ce que je crois.





5. Le plaisir d'aller à son rythme

Mais quel bonheur ! Quand on me demande si je m'épanouie dans ma vie depuis ma reconversion professionnelle mais TO-TA-LE-MENT ! Il n'y a pas une journée où j'ai regretté mon choix.

Le fait d'aller à son rythme, de réellement s'écouter (Est-ce que j'ai faim ? Est-ce que j'ai mal au dos à ne pas assez bouger ? Est-ce que je suis fatiguée ? ...) et pouvoir remanier son emploi du temps comme on le veut. Mais quel bonheur !

Oui je fais souvent des siestes de 20 minutes après manger. Oui quand il fait beau entre 2 jours de pluie j'aime aller courir en plein après-midi. Et dans ce cas, je travaille plus tard le soir ou le weekend. Oui oui, même le dimanche quand je suis motivée et inspirée. Oui j'ai même travaillé le 1er mai, un jour férié !

Pour être transparente avec vous, j'étais toujours malade et enrhumée avant (parfois jusqu'à 4 ou 5 rhumes en quelques mois). Là je n'ai eu qu'un seul rhume car au lieu d'aller travailler comme une acharnée comme je le faisais avant, je me repose vraiment une journée complète et le lendemain je suis 10 fois plus d'attaque ! Niveau productivité croyez-moi, vous y gagner à "perdre" une journée pour vous reposer.

J'ai également remarqué que les semaines passent à une vitesse folle ! J'ai l'impression d'avoir lancé Pellmell Déco la semaine dernière alors que ça fait 6 mois maintenant. 





J'espère que ce petit retour sur ma courte expérience vous aura aidé, rassuré ou même motivé !

Je vous souhaite une bonne semaine et je vous retrouve lundi prochain !

Vous aimerez aussi

6 commentaire(s)

  1. Sandrine Fossé3 juin 2019 à 22:10

    Merci pour ce partage d'expériences et pour les conseils
    Safo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! Ravie que l'article te plaise ! Bonne journée

      Supprimer
  2. Superbe article ! Il m'a fait beaucoup de bien :-) Je suis dans le lancement de mon activité et ton partage me fait me sentir comprise et un peu moins seule :) Merci et longue vie à Pellmell Créations !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Emeline ! Je suis contente si tu te retrouves dans mon article. J'ai l'impression qu'on est pas mal à avoir ce genre de ressenti ;)
      Bonne journée !

      Supprimer
  3. Merci pour cet article et tous les autres. J'envisage de me lancer dans la même formation que toi via l'EDAA. J'ai évidemment chercher les avis sur le net, les positifs tout comme les négatifs et ton avis est de loin celui qui me motive le plus à me lancer dans cette aventure. J'ai toujours un peu la petite peur de laisser mon métier actuel qui me satisfait sur plusieurs plans dont l'aspect financier mais pour lequel je ne trouve plus autant de plaisir en me levant le matin. J'aurais forcément des regrets à certains moments et dans ces moments-là, je crois que je viendrai sur ton blog chargé d'optimisme. Je suis sur Nantes et la concurrence doit être rude. Quand j'aurais entamé ma formation, ça serait sympa de te rencontrer pour boire un café/thé et échanger. En attendant, je te souhaite plein de réussite car tu me sembles avoir beaucoup de goût et de talents. Bonne journée!! Aurélie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Aurélie ton message me fait super plaisir ! Pas de soucis pour échanger avec toi un de ces jours ! Et ne t'inquiète pas, cette peur de l'inconnu et d'affirmer ses décisions, je passe tous les jours pas ça également ! Mais c'est là que toute l'aventure commence et suit son chemin.
      A bientôt j'espère ! Bonne journée

      Supprimer