Parenthèse d'une entrepreneure : les montagnes russes ou l’ascenseur émotif

by - août 05, 2019


Hello !

Ayant créé ma boite il y a quelques mois, je découvre encore les hauts et les bas de l'entrepreneuriat.

Je lis souvent que se mettre à son compte relève des montagnes russes au niveau des émotions. Un matin vous êtes trop contente parce que vous signez un nouveau contrat, et le lendemain (voire parfois dans la même journée), vous êtes plus bas que terre car vous avez perdu un autre client...

Les premiers mois j'avoue que je n'ai pas eu un seul bas et que j'étais super contente d'avoir changé de carrière et d'être à mon compte. Ne vous méprenez pas, je suis toujours ravie d'être à mon compte !




Sauf que depuis maintenant presque 2 mois, je ressens plus ces hauts et ces bas. Pour être transparente avec vous, il y a eu un grand changement dans ma vie personnelle fin mai, qui fait que j'avais vraiment besoin de temps pour essayer de me reconstruire, savoir où j'allais, ce que j'allais faire, comment j'allais le faire, etc...
Donc disons le clairement, le mois de juin n'a pas été très bon...

D'ailleurs je remercie celles qui m'ont envoyé un petit message pour prendre des nouvelles suite à une période d'inactivité sur Instagram... Mais il faut parfois prendre du recule pour mieux revenir !



Première leçon apprise : être à son compte c'est faire des efforts TOUS LES JOURS

Vous vous arrêtez un mois, il ne faut pas s'attendre à avoir un chiffre d'affaire extraordinaire.
Ce n'est pas parce que j'ai fait un bon mois que le mois d'après sera forcément bon.

Et en plus, c'est durant ce mois où le moral était au plus bas que j'ai perdu un prospect dont j'étais très emballée par le projet, où j'ai eu une cliente qui a souhaité arrêter au milieu de la prestation... Bref l’ascenseur émotif n'a pas arrêté sur tout le mois de juin.

Et c'est là, quand on est en bas, qu'on se dit qu'on va devoir mettre la clé sous la porte, retrouver un travail à côté, etc... Bref, vous voyez le topo...

Mais le mois de juillet a commencé sur les chapeaux de roues ! L'ascenseur émotif est remonté quand j'ai eu une nouvelle cliente qui m'a fait un éloge de mes conseils, mon travail rendu, etc... Et c'est ça qu'il faut retenir dans les moments où ça ne va pas. Ça rebooste !!!

Mais il faut surtout tirer des leçons de ce qui ne va pas. OK, le moment de déprime est passé, maintenant je me demande pourquoi ce client n'a pas voulu travailler avec moi ? Pourquoi celle-ci arrête ? Je leur demande donc leur avis. OK ce n'est pas contre moi, ils voient que je suis professionnelle, mais c'est plutôt qu'ils n'arrivaient pas à se projeter tout de suite et qu'ils pensaient avoir plus de croquis, de rendu 3D dès le début, etc...




Seconde leçon apprise : il faut savoir réajuster en permanence.

Je pensais être claire dans la présentation de mes prestations, dans la description sur les devis, les rendus que les clients auront, les étapes à faire et à valider au fur et à mesure avant qu'ils aient un croquis ou une 3D, etc... Mais apparemment je n'ai dû être assez claire pour certains.

Je croyais avoir pensé à tout avant de me lancer, mais tout doit évoluer au fur et à mesure. Et malheureusement c'est dans les moments de difficultés qu'on s'en rend compte.

Je dois donc retravailler sur mes tarifs et mes prestations sur lesquelles j'ai travaillé des semaines avant de me lancer à mon compte.





Troisième leçon apprise : il faut apprendre à relativiser.

Non ce n'est pas contre moi si le client va voir la concurrence (C'est le jeu ma pauv' Lucette !).
Non ce n'est pas contre moi quand le client pense que faire un photomontage "prend 2 clics et c'est bon" ou qu'un "croquis se fait en 1h".
Non ce n'est pas contre moi quand le client trouve ça trop cher.
Que ce ne serait pas la fin du monde si je devais reprendre un travail provisoire à côté pour les mois plus durs. (Bon heu... ça on verra hein !)



Parce que c'est aussi ça être à son compte. Il y a beaucoup de positif mais il y a parfois du négatif et on doit apprendre à en tirer une leçon.
Et il y en aura d'autres des moments de bas. Il faut juste arriver à se mettre ça en tête pour rester motivé(e).

On ne lâche rien !

Vous aimerez aussi

2 commentaire(s)

  1. Tu as tout dit! Je pense qu'en chaque métier il y a des hauts et des bas, et c'est en prenant en compte les avis qu'ils soient objectifs ou non, que l'on peut s'améliorer.
    Toujours dans une démarche qualité finalement et c'est plutôt positif de se planter! Il vaut mieux une action imparfaite, qu'une parfaite inaction! car ça nous permet d'avancer. Garder la motivation est surement le plus difficile mais la force est de savoir rebondir! c'est ce que tu dégages dans cet article. Notre façon de travailler ne convient pas toujours à tout le monde, c'est pour cela qu'il y a de l'offre sur le marché, pour que tout le monde y trouve son compte. En tout cas je suis épatée de voir tout le travail réalisé sur ce blog, il faut du mérite et on voit que tu fais ça avec passion. Au TOP ! Je commence ma formation à l'EDAA et ton blog est une source d'inspiration. Merci à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pauline pour ce message qui me fait très plaisir !
      Tu as tout à fait raison, chaque métier à ses problématiques et on n'apprend beaucoup de nos erreurs. Bon courage dans ta formation ! Bonne journée

      Supprimer